Actu santé


Covid 19 : Restons protéger, portons un masque!


Le massage

Un outil précieux contre le stress

Elle revient aujourd’hui en force dans le sillage des médecines douces, le besoin de prendre soin de soi et de juguler le stress de la vie moderne.

À en croire une enquête, réalisée en juillet 2012 par l’institut Ipsos pour le compte du salon Rééducation, seulement 5 % des Français s’adonneraient aux bienfaits du massage. Certes, hors prescription médicale, les séances sont un peu onéreuses** mais lorsque le praticien est de qualité, elles ne s’apparentent ni à un confort ni à un simple luxe.

Au-delà du plaisir et de la détente qu’il procure sur le moment, le massage a en effet des vertus curatives, à court et long terme, incontestées. De nombreuses études cliniques ont constaté la pertinence de certaines manœuvres pour réduire les raideurs articulaires et les douleurs neuromusculaires chroniques, apaiser les maux de tête et les troubles digestifs, stimuler les défenses immunitaires ainsi que la circulation sanguine et lymphatique.

Un pouvoir anti-inflammatoire

les pressions induites par le massage sont détectées par de minuscules capteurs enchâssés dans la membrane des cellules. Ceux-ci transmettent aussitôt l’information à l’intérieur de leur cellule sous forme de signaux moléculaires (des protéines kinases à la structure modifiée).

C’est pourquoi les douleurs immédiates et les courbatures du lendemain sont réduites. Mais ce n’est pas tout. À plus long terme, d’autres gènes sollicités encouragent la genèse de nouvelles mitochondries, ces petits organites chargés de la production d’énergie à l’intérieur des cellules. L’augmentation de leur nombre peut prendre plusieurs semaines.

Aussi les tissus massés seront-ils plus toniques et mieux armés face aux agressions durant tout ce temps.


FidéArt’is : « Votre corps et votre esprit se libèrent »


Parlons des reins

Le rein est un organe de lappareil urinaire des vertébrés. Il a de multiples fonctions : hormonales, de régulation de la pression sanguine et d’élimination des toxines. Il assure ainsi, par filtration et excrétion d’urine, l’équilibre hydroélectrolytique (homéostasie) du sang et de l’organisme en général. Ses fonctions hormonales comprennent la synthèse de l’érythropoïétine, du calcitriol (forme active de la vitamine D) et de la rénine.

Un seul rein suffit pour vivre ; 5 % des individus n’ont qu’un rein, mais dans ce cas il s’agit le plus souvent du rein droit, mieux vascularisé et grâce à la présence du quadrilatère de Rogie qui favorise la stase veineuse et a des répercussions au niveau génital gauche.

Les fonctions du rein

Hormis sa fonction principale de filtration et d’épuration du sang, le rein intervient à bien des niveaux, notamment dans la régulation de la pression artérielle. Par sa fonction de synthèse de substances spécifiques régulatrices, notamment :

  1. la rénine synthétisée par le rein et qui va provoquer, via l’angiotensine II (ATII), une stimulation de la sécrétion d’aldostérone, qui est une hormone qui va en cas de baisse de pression artérielle, stimuler la réabsorption de sodium ; or les mouvements d’eau suivent les mouvements de sodium, donc cela va entrainer une réabsorption accrue d’eau qui va faire augmenter la volémie au niveau plasmatique et ainsi faire augmenter la pression dans le sang. Ce n’est qu’un aspect schématique et non exhaustif de la rénine car elle a comme effet également de stimuler la sécrétion de noradrénaline, toujours via l’angiotensine II et ainsi provoquer une vasoconstriction ;
  2. En cas d’hypertension artérielle (HTA), le rein va synthétiser de la kallikréine pour donner en fin de réaction de la bradykinine (qui est une kinine) qui a des effets vasodilatateurs, donc de réduire la pression au niveau des vaisseaux.

Ceci explique pourquoi l’apport excessif de sel fait augmenter la pression artérielle : les mouvements de sodium dans le rein se font également passivement, donc si on augmente notre apport en sodium (sel), cela entrainera une réabsorption accrue d’eau également provoquant une augmentation de volémie donc de pression.

Les maladies

L’insuffisance rénale chronique (IRC) semble en augmentation dans les pays riches, probablement secondairement à

  • l’augmentation des cas de diabète (diabète sucré) ;
  • l’augmentation des cas d’hypertension artérielle ;
  • des néphropathies vasculaires liées au vieillissement de la population ;
  • un régime trop riche en sel conduisant à une hypertension artérielle qui peut être fatale au rein ;
  • l’alcoolisme ;
  • l’obésité ;
  • une exposition excessive à certains produits néphrotoxiques (toxiques rénaux) : plombcadmium en particulier ou médicaments tels que phénacétine ou ciclosporine… éventuellement exacerbée par des produits chélateurs très présents dans notre environnement tels que le glyphosate7.

Les bienfaits du massage sur les reins

Les activités passives sous forme d’un massage peuvent également tonifier les reins : bien se réchauffer les mains en les frottant puis masser la zone des lombes. Ce faisant, il faut se concentrer sur la région des reins, conformément au vieil adage : l’énergie apparaît là où l’attention se porte.

FidéArt’is : « Un massage, un sport et un nettoyage régulier permet d’éliminer les toxines pour rester en bonne santé et éviter les maladies graves »